Paris Industrie et Finance

La communauté gay : moteur du renouveau du Marais

Depuis le début des années 80, le Marais a subi de profondes transformations qui ont changé radicalement sa population, la qualité de son habitat et les activités qui y sont développées. Les sociologues parlent de gentrification, néologisme provenant de l'anglais gentry, « petite noblesse ». Il décrit la transformation du profil économique et social des habitants d'un quartier populaire vers celui d'une couche sociale supérieure. En d'autres termes, il s'agit d'un embourgeoisement.

La classe ouvrière très représentée dans les années 70 est devenue très minoritaire après 2000. Dans le même laps de temps, le taux de familles nombreuses a été divisé par 3 et celui des familles monoparentales a augmenté de plus de 50 %. Les pionniers de cette gentrification appartenaient à la communauté homosexuelle. Ouvrir un bar gay il y a trente ans était un acte militant, qui représentait aussi un risque commercial. Le faire dans un quartier réputé était difficile, par contre, le Marais offrait des locaux à bas prix et une incompréhension de la population locale beaucoup plus légère. Pour un investissement financier moindre, ces établissements ont attiré une clientèle nombreuse et souvent aisée. Cette clientèle a fini par coloniser les environs qui ont attiré plus de commerces et plus d'immigration. Cet effet boule de neige a fortement contribué à la prospérité du quartier et à sa transformation.

À l'origine de cette évolution, les discothèques gays étaient relativement très présentes, mais elles ont fortement régressé, tandis que les boutiques, magasins et services ont doublé. Les activités plus particulièrement tournées vers le sexe : saunas, les clubs et les sex-shops sont restés relativement stables alors que dans le reste de Paris elles ont très fortement progressé. Cela montre une orientation commerciale gay du quartier surtout tournée vers la restauration et le commerce, avec une grande diversité. On trouve des boulangeries gays, des pharmacies gays, des boutiques de vêtements gays, des coiffeurs gays, bref, on peut vivre 100 % gay avec une grande facilité. L'afflux de devise a favorisé le négoce de luxe, les galeries d'art, les lieux « branchés » et donne une ambiance particulière.

Le rôle de la communauté gay n'est pas le seul facteur qui a contribué aux changements de ce quartier de Paris, mais il est indéniable qu'il en est un important. Comme quoi, une minorité souvent en mal d'afficher sa différence peut amener richesse et prospérité dans une zone qui était à la limite de l'insalubre.